HotNews

Ressources en eau se félicite la coopération entre les États du bassin du Nil

2019-03-25 09:33:40.000 | view 142 | share : |

Khartoum, 25 mars (SUNA)- Le ministre des Ressources en eau, de l'Irrigation et de l'Électricité, Othman Al-Tom Hamad a décrit les travaux de recherche menés dans le bassin de la rivière Tezzi-Atbara entre le Soudan et l'Éthiopie d’importants et sans précédent, ajoutant qu’il représente un modèle de la coopération entre les pays du bassin du Nil, en particulier ceux du bassin oriental.

 

Lors de la séance d'ouverture de la Conférence régionale de la recherche sur l'eau dans le bassin de la rivière Tezzy-Atbara, le ministre s'est félicité des efforts de recherche menés entre le Centre de recherche en hydraulique du ministère des Ressources en eau, le Centre de recherche sur l'eau en Éthiopie et le World Institute for Water aux Pays-Bas, en soulignant que la collecte d'informations a pris une année complète en raison de la nature des problèmes posés par la rivière, qui se traduit par l'abondance de limon et de ruissellement saisonnier sporadique en été.

 

Le Dr. Hamad a expliqué qu'il y avait trois barrages dans la rivière Tezzy-Atbara (complexe du site supérieur de Atbara, Khashm Al-Qirba et un barrage en Éthiopie), indiquant que telles études sont menées pour intégrer les rôles dans l'utilisation des ressources en eau, et que les barrages contribue au renforcement des intérêts communs et maximise les avantages pour les peuples de la région.

 

Pour sa part, le Prof. Yassir Abbas, directeur général du Centre de recherche hydraulique au ministère, a fait allusion que les activités de la conférence comprenaient la présentation d'importants documents scientifiques devant être soumis par des chercheurs du Soudan, d'Ethiopie, d'Allemagne, des Pays-Bas et du Brésil sur le fonctionnement des barrages entre le Soudan et l’Éthiopie et les moyens de coordination à cet égard.

 

Il a révélé que la date de la conférence s'inscrivait dans le cadre des travaux de recherche menés conjointement par le Soudan, l'Éthiopie et les Pays-Bas, ajoutant que l'étude incluait l'exploitation de barrages, les ressources en eau et la gestion de l'eau.

Fin

Tahani