HotNews

Parti Démocrate Al-Gh’ad (Demain): le Procès Interne du Président Déchu s’aligne sur la Révolution

2019-07-21 16:32:57.000 | view 38 | share : |


Khartoum, 21 Juil.-2019 (SUNA)- Le Président du Parti Démocrate Al-Gh'ad (Demain), Noureen Adam Abdul-Gafar, a indiqué que toute Discussion ou Allégation concernant le Transfert du Président Déchu Omer Al-Bashir à la Cour Pénale Internationale (CPI) ouvre la porte pour Ingérence Etrangère dans les Affaires Soudanaises, et ne correspond pas à la Situation Politique Actuelle au Soudan, ni à la Révolution et à ses Objectifs, soulignant sa pleine Confiance dans les Organes et Institutions Judiciaires Soudanais à la Suite des Modifications Législatives apportées à la Code Pénal et l'ajout d'Articles sur les Crimes contre l'Humanité prévus dans le Statut de Rome dans la Loi soudanaise.

 

Dans une interview à la presse avec un certain nombre d'Experts Juridiques, Stratégiques et Politiques menée par (SUNA) sur la Déclaration du Lt. -Gén. Abdul Fatah Al-Burhan, Président du Conseil Militaire de Transition, lors d'un entretien avec la BBC au cours duquel il a déclaré qu’ils ne remettront pas le Président Déchu Omer Al-Bashir à la CPI, le Président du Parti Démocrate Al-Gh'ad (Demain),  a indiqué que le Procès du Président Déchu en dehors du Soudan devant le Pouvoir Judiciaire International n'aidera pas le Soudan surmonter ses Crises, mais augmentera sa Complexité, en soulignant que le seul moyen d'Etablir l'Etat de Droit et la Citoyenneté, la Justice, la Liberté et l'Egalité est dans le cadre de l'Insertion de Toutes ces Questions dans un Règlement Politique Global en cours de Négociation; et toutes ces Questions devraient être discutées dans leurs cadres Juridique, Politique et de Sécurité.


Il a appelé à la recherche d'une Formule Convenue par Toutes les Forces Politiques Soudanaises pour la mise en œuvre de la Justice Transitionnelle afin que le pays d'Origine Surpasse de manière sûre la Situation Actuelle, en dépit de toutes les Tentatives Etrangères pour Intervenir dans les Affaires Soudanaises.

Fin

SOMO