SUDAN NEWS AGENCY

       ALL PHOTOS .. ALL COLORS
NEWS     


HotNews

cour des comploteurs du coup d'État du 30 juin 1989 répond aux demandes de défense

2020-09-16 16:25:02.607 | view 84 | share : |

Khartoum, 15 septembre (SUNA) – La cour du jugement du président déchu Omer Al-Bashir et de vingt-sept de ses collaborateurs accusés d'avoir comploté le coup d'État du 30 juin 1989, dirigé par le juge Essam-Eddin Mohamed Ibrahim, a tenu à l'Institut des sciences judiciaires et juridiques de Khartoum mardi, a répondu à deux demandes soumises par le comité de défense, tandis que deux autres demandes ont été reportées à la prochaine session prévue mardi prochain.
Le juge Essam-Eddin a déclaré en réponse à la demande du comité de la défense de changer la salle d'audience en raison de son manque d'exigences sanitaires, que le tribunal a transmis l'avis de la défense à l'autorité judiciaire et qu'il faisait des efforts pour trouver une autre salle, étant donné que l'épidémie est toujours présente selon le communiqué du ministère de la Santé, indiquant que les prochaines sessions pourraient être transférées au Friendship Hall.
Le tribunal a également répondu à la requête présentée par l'avocat Abdel-Basit Sabdarat au nom de son client, l'accusé n ° (26), Ahmed Abdel-Rahman Mohamed, pour lui permettre de s'absenter des sessions pour des raisons satisfaisantes.

Le tribunal a décidé d’accepter la demande malgré l’objection de l’accusation, car elle permettait à l’accusé de s’absenter des séances à l’exception de celles au cours desquelles il est interrogé.
La cour a ajourné la demande présentée par l'avocat Baroud Sandal au nom de la commission de défense relative à l'article 52 de la Constitution de transition, qui stipule que tout citoyen soudanais doit être jugé devant son juge naturel et devant un tribunal spécialisé, et non devant un tribunal spécial.
Il a également différé la demande présentée par l'avocat Abdul-Aziz Syed Ahmed de la défense, relative à l'article 38 de la loi de procédure pénale concernant le délai de prescription de l'affaire, pour être commentée par le parquet lors de la prochaine session.

FIN

HA/HA